La journaliste Briseida Mema décorée de la Légion d’Honneur [sq]

L’ambassadeur, Mme Moro, a remis le 5 mai les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur à Mme Briseida Mema, correspondante de l’AFP en Albanie, et a rendu hommage au rôle des journalistes pour la démocratie.

Remise des insignes de Chevalier de la Légion d'Honneur à Mme Briseida Mema - JPEG

L’ambassadeur a indiqué avoir choisi la date de la cérémonie avec Mme Mema, parce qu’elle était la plus proche possible du 3 mai, Journée mondiale de la liberté de la presse. Elle a rendu hommage à l’ensemble de la profession de journaliste, nécessaire à la démocratie car celle-ci ne peut s’exercer que si les citoyens sont bien et librement informés.

Mme Moro a rendu hommage aux 76 journalistes tués en 2013 dans l’exercice de leurs fonctions, et en particulier à Ghislaine Dupont et Claude Verlon, assassinés au Mali le 2 novembre 2013. Elle a aussi rappelé l’épreuve subie par quatre journalistes français, Didier François, Edouard Elias, Nicolas Hénin et Pierre Torrès, gardés prisonniers comme otages en Syrie pendant 10 mois avant leur toute récente libération.

L’ambassadeur a souligné les qualités également morales nécessaires à l’exercice de cette profession : « Les ennemis de la liberté de la presse sont multiples : belligérants, fanatiques de tous bords, États ayant des choses à cacher, et même propriétaires de journaux au service d’une cause et prêts en son nom à tordre le cou à la vérité. … Le courage des journalistes, ce n’est donc pas seulement un courage physique, mais un courage moral et intellectuel, le courage de ne pas se satisfaire de réponses toutes faites, d’aller regarder au-delà des apparences, de résister aux pressions. Le courage en un mot de demeurer fidèle à ce en quoi on croit, à ses propres valeurs et à son engagement ».

Retraçant la carrière de Briseida Mema, l’ambassadeur a rappelé qu’elle avait travaillé de 1983 à 1997 au sein du journal « Drita » dont le rôle politique est bien connu. Correspondante de l’AFP depuis 1990, Mme Mema a « couvert » la crise albanaise de 1997 et la guerre du Kosovo en 1998-99. L’ambassadeur a également souligné qu’à travers son exercice du métier, l’on sent bien l’amour que Mme Mema porte à son pays, l’Albanie : « Votre objectif, quand vous en dénoncez les faiblesses, n’est jamais d’en donner une image négative mais de sensibiliser vos concitoyens, avec la conviction que, si la volonté et la mobilisation sont là, des remèdes et des améliorations, oui, sont possibles ».

L’ambassadeur a également évoqué l’attachement de Mme Mema envers sa seconde patrie, la France « et aux valeurs intellectuelles et humanistes qui sont les siennes. Des valeurs qu’elle souhaite partager dans le monde entier, au risque de se faire traiter d’arrogante. Mais vous, comme tant d’autres, avez bien compris que la France a foi en l’égalité de tous les êtres humains et en l’universalité de leurs aspirations à la liberté ».

PDF - 13.1 ko
Remise des insignes - Discours de l’Ambassadeur
(PDF - 13.1 ko)

Remise des insignes de Chevalier de la Légion d'Honneur à Mme Briseida Mema - Discours de l'Ambassadeur - JPEG
Remise des insignes de Chevalier de la Légion d'Honneur à Mme Briseida Mema - JPEG
Remise des insignes de Chevalier de la Légion d'Honneur à Mme Briseida Mema - JPEG
de g. à d. Mme Briseida Mema, son fils, et Mme l'Ambassadeur - JPEG

Dernière modification : 06/05/2014

Haut de page